La résolution CFDT Banques et Assurances

Publié le 28/09/2016 à 11H47
Lors de son dernier congrès qui s'est tenu à Grenoble en 2013, les syndicats ont voté la résolution, qui constitue la feuille de route de la Fédération CFDT Banques et Assurances jusqu'en 2017, année du prochain congrès.

Résolution Générale vignetteLes quatre dernières années ont été marquées par la dégradation de la situation économique et sociale de notre pays.Dans nos secteurs professionnels, dans un premier temps plutôt épargnés par la crise de 2008, celle des dettes souveraines de 2011 ainsi que les modifications profondes du paysage réglementaire et concurrentiel ont largement changé la donne.
Beaucoup de salariés et de militants sont désormais confrontés à des plans de suppressions d’emplois dans leurs entreprises, soit par des plans de sauvegarde, soit par une diminution lente mais continue des effectifs. Les salariés des entreprises de la finance pâtissent d’une image très dégradée auprès du grand public. C’est ainsi que 64% des français ont une mauvaise opinion des personnes exerçant le métier de banquier (sondage IFOP pour France Soir, 2011).
Cette situation pèse sur les salariés qui sont en perte de repères. Au-delà de l’atteinte à l’estime de soi, ils subissent des conditions de travail dégradées dues à la baisse du nombre de salariés et à l’évolution permanente et rapide de leurs métiers.
Pour y faire face, les militants de la fédération CFDT Banques et Assurances ont de vrais challenges :

    • anticiper les mutations des entreprises et des métiers,
    • travailler sur les restructurations,
    • mettre en place des dispositifs favorisant la formation, la mobilité fonctionnelle
      donc les parcours professionnels,
    • défendre des politiques de rémunérations transparentes et équitables.

Le tout dans un contexte de renouvellement générationnel des militants, de nécessité de développement et de promotion de la diversité et de la mixité.
Pour y faire face, l’ensemble de la CFDT doit se mobiliser. Le constat dépasse en effet très largement les frontières de nos secteurs d’activité. De ce fait, la complémentarité de nos structures est un atout majeur. Concrètement, accords interprofessionnels conclus au niveau confédéral (sécurisation de l’emploi, qualité de vie au travail, pour les plus récents), actions des URI sur les territoires, accords de branches, et activité des militants dans les entreprises doivent se conjuguer pour construire du droit et le défendre, produire de l’information et la diffuser, et ce à partir du vécu des salariés sur les postes de travail.
L’ambition de la Fédération au travers de cette résolution est de participer à ce mouvement avec ses syndicats et ses structures d’entreprises. Elle invite l’ensemble des militants à s’y joindre.