Les restructurations

Publié le 20/07/2016 à 15H54
Les entreprises s’engagent dans des restructurations pour de multiples raisons. Elles sont parfois liées à la nécessité d’adapter la stratégie et l’organisation pour faire face à une situation économique difficile ou à des « incidents de parcours » conjoncturels : ces restructurations sont les plus médiatisées mais pas les plus nombreuses.

AE2 reLa plupart des entreprises recherchent, par la mise en place d’une nouvelle organisation juridique et opérationnelle, une taille critique, une diminution  de leurs coûts d’exploitation ou un redéploiement de leur force de vente. La modification de l’environnement juridique et réglementaire peut également obliger les entreprises à modifier leur organisation.

Les restructurations ne sont pas, en elle mêmes, condamnables : ce qui importe c’est qu’elles soient menées de façon concertée avec les représentants des salariés avec un objectif prioritaire : la préservation des emplois.

Nous constatons aujourd’hui de grands mouvements de réorganisation des entreprises et des activités dans le monde des banques et des assurances.

Malheureusement ces changements se traduisent trop souvent par des plans de suppressions d’emplois : ce fût le cas il y a quelques mois dans la banque de financement et d’investissement, dans les sociétés financières spécialisées dans le crédit à la consommation, mais aussi dans le domaine des assurances (cessions d’actifs, fermetures de sites).

Ils se traduisent également au quotidien par des plans d’économies, réorganisations diverses qui, s’ils n’aboutissent pas systématiquement à des suppressions d’emplois, ont des conséquences importantes pour les salariés.

L’annonce d’une restructuration, même appelée réorganisation pour lui donner un aspect plus « cosmétique », constitue toujours une période difficile pour les salariés, nos adhérents, nos militants. Entre l’incompréhension des décisions prises, les inquiétudes sur la sauvegarde des emplois et la perspective d’une reconversion, le choix de la stratégie syndicale à mettre en place est difficile et prédispose plus à la contestation qu’à la conciliation.

Les militants CFDT doivent être en mesure d’appréhender ces évolutions, les analyser et les comprendre pour constituer un véritable contre-pouvoir. Un guide leur donnant les outils s’imposait.

Notre ambition est que ce guide vous permette d’aborder en confiance ces moments importants, d’éviter tous les écueils de ces restructurations et de pouvoir pleinement assurer votre rôle de « force de propositions ».

Alain Élie, Trésorier